• photo Pierre Ahnne

     

     

    Mes livres du mois de maiQuand j’étais jeune, Norbert Gstrein, traduit de l’allemand par Olivier Le Lay (Grasset)

    Entre Tyrol et Wyoming, une fausse enquête policière et une vertigineuse quête de soi.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de maiDe notre monde emporté, Christian Astolfi (Le Bruit du monde)

    À travers l’histoire de François, dit Narval, celle des chantiers navals de La Seyne-sur-Mer, et le crépuscule d’un certain rapport à la lutte des classes.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de maiPoursuivre, Alain Veinstein (Seuil)

    L’auteur-narrateur bien connu fait appel, pour retaper son appartement, au peintre Joerg Ortner. Et s’engage avec lui dans une quête interminable de l’absolu. Kafkaïen.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de maiLa Fille de la piscine, Léa Tourret (Gallimard)

    Ce premier roman virtuose est une plongée en apnée dans l’adolescence d’aujourd’hui — ses codes, sa crudité, sa fragilité, son langage…

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de maiFils de prolétaire, Philippe Herbet (Arléa)

    Le photographe belge raconte son enfance et son adolescence, en instantanés secs et subtils qui laissent durer le présent des choses.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    … et aussi :

     

    Mes livres du mois de maiLes Moments littéraires, hors-série Jocelyne François

    Le troisième tome (2008-2018) du journal de la romancière, où il est question de la vieillesse, de la mort, de « la gravité solaire de l’amour ».

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

     

    Mes livres du mois de maiLe Robinson suisse, Johann David Wyss, traduit de l’allemand par Isabelle de Montolieu (Mercure de France)

    Réédition d’un classique de l’aventure, paru en 1812. Exotisme, fraîcheur juvénile et second degré.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • photo Pierre Ahnne

     

     

     

    Mes livres du mois d’avrilLe Festin, Margaret Kennedy, traduit de l’anglais par Denise Van Moppès (Quai Voltaire)

    Une falaise s’effondre en Cornouailles. Certains sont ensevelis, d’autres sauvés. Margaret Kennedy, moraliste sans illusion, et portraitiste grinçante de l’Angleterre des années 1950…

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

     

    Mes livres du mois d’avrilLa Stupeur, Aharon Appelfeld, traduit de l’hébreu par Valérie Zenatti (L’Olivier)

    Dans son dernier roman, le grand écrivain israélien récemment disparu évoque une Bucovine étrange où coexistent la violence extrême et la grâce.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois d’avrilLes Yeux de travers, Guillaume Collet (Les Avrils)

    Un homme arpente une ville, d’un petit boulot à l’autre. Ce premier roman dit la violence sociale à travers les sensations et par la syntaxe.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois d’avrilLes Silences d’Ogliano, Elena Piacentini (Actes Sud)

    Dans un pays méditerranéen trop imprécis pour qu’on y croie, deux jeunes gens vivent des aventures qui ressemblent à celles des héros de la collection « Signe de piste »…

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois d’avrilMotl fils du chantre, Sholem-Aleikhem, traduit du yiddish par Nadia Déhan-Rotschild et Evelyne Grumberg (L’Antilope)

    Pour les juifs ukrainiens qui rêvent de l’Amérique, le monde, en 1907, est bien dur. Mais le petit Motl raconte le malheur avec une verve désopilante et un talent étourdissant.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois d’avrilCabane, Millie Duyé (Le Nouvel Attila)

    Une fille construit des cabanes, au propre puis au figuré. Ce faisant, elle devient une femme. Un premier roman moderne et poétique.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois d’avrilLe Cœur d’un père, Josselin Guillois (Seuil)

    Le fils de Rembrandt parle, et raconte la vie près de son père, dans l’Amsterdam du siècle d’or. Un singulier roman d’éducation.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • photo Pierre Ahnne

     

     

     

    Mes livres du mois de marsUne danse, Fradl Shtok, traduit du yiddish par Batia Baum et son atelier de traduction (Maison de la culture yiddish / Bibliothèque Medem)

    Six nouvelles au rythme endiablé, pleines d’exubérance et de mélancolie, pour dire l’opposition entre tradition et désir d’ailleurs dans le monde disparu du shtetl.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de marsLes Petits Personnages, Marie Sizun (Arléa)

    Marie Sizun donne une vie et un destin aux personnages secondaires de trente et un tableaux. Entre image et écriture, des histoires naissent, où l’on retrouve la musique de l’auteure et sa tendresse pour les humbles.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de marsCe n’est pas un fleuve, Selva Almada, traduit de l’espagnol par Laura Acoba (Métailié)

    Quelque part en Argentine… Une histoire de pêche, de forêt, d’amitié entre hommes. Et la respiration mystérieuse du monde.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de marsRaconter la nuit, François Emmanuel (Seuil)

    Deux sœurs, leur père peintre, une maison en Bretagne, un narrateur fasciné. Un roman du regard, à la recherche de « ce qui est derrière ce qui se voit ».

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de marsLes méduses n’ont pas d’oreilles, Adèle Rosenfeld (Grasset)

    Louise est malentendante, voire sourde. Ça ne la rend pas très aimable, mais lui ouvre une vision étrangement poétique du langage et des choses.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

     

    Mes livres du mois de marsQuand j’étais petit, j’étais catholique, Pierre Kretz (La Nuée Bleue)

    Un village d’Alsace dans les années 1950. Le « petit catholique » y connaît bien des perplexités devant le monde des adultes et les mystères de la religion. Drôle et grave.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de marsVivre à ta lumière, Abdellah Taïa (Seuil)

    Trois moments dans la vie de Malika, entre 1954 et 1999. Par la force des voix et du style, Abdellah Taïa dit la passion d’exister malgré tout dans une société cadenassée.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • photo Pierre Ahnne

     

     

    Mes livres du mois de févrierTigre obscur, Gilles Sebhan (Rouergue noir)

    Le cinquième et dernier volume de la série policière intitulée Le Royaume des insensés. C’est l’enfance qui triomphe, dans ce livre où l’innocence s’allie superbement au crime.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

     

    Mes livres du mois de févrierLa Saison du soleil, Shintarō Ishihara, traduit du japonais par Kuni Matsuo (Belfond [vintage])

    Dans ces nouvelles parues en 1956, l’écrivain japonais peignait la jeunesse d’après-guerre, immorale et déboussolée. Frénétique.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de févrierIl y aurait la petite histoire, Elsa Jonquet-Kornberg (Inculte)

    Une jeune fille disparaît, son grand-père la cherche. Plus qu’un roman sur l’écart entre les générations, une réflexion sur les limites du langage et le mystère du monde.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de févrierSous le voile, Hélène Lenoir (Grasset)

    L’auteure s’inspire du « carnet de novice » de sa mère pour raconter la vie d’une religieuse dans les années 1940 et 1950. Sans clichés ni complaisance, rendant justice à la foi comme à l’oppression.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de févrierMourir en été, Zsuzsa Bánk, traduit de l’allemand par Olivier Mannoni (Rivages)

    La mort d’un père, la mort tout court, racontée dans le détail, au plus près de l’indicible. Un grand livre.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de févrierSaharienne indigo, Tierno Monénembo (Seuil)

    Les aventures d’Atou, entre Conakry et Paris, présent et passé. Dédoublements, retournements, révélations, baroque… et un beau portrait de la Guinée.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • photo Pierre Ahnne

     

     

     

    Mes livres du mois de janvierLe Lac aux demoiselles et autres nouvelles, C. F. Ramuz (Zoé poche)

    En quinze brèves histoires de vies empêchées, le grand écrivain suisse dit la beauté et l’impossibilité du monde.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de janvierUne sortie honorable, Éric Vuillard (Actes Sud)

    La fin de la guerre d’Indochine, au point de vue de ceux qui l’ont voulue et ne savent plus comment en sortir… L’individu pris dans la grande machine de l’Histoire.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

     

    Mes livres du mois de janvierL’Apocalypse heureuse, Stéphane Lambert (Arléa)

    L’auteur de Visions de Goya évoque son enfance et son adolescence, mises en morceaux par les abus qu’il a subis et qui n’ont jamais été reconnus par son entourage. Comme la peinture, l’écriture est le lieu de passage qui permet de sortir de soi et d’aller au monde.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de janvierPorca miseria, Tonino Benacquista (Gallimard)

    Un auteur à succès parle de son enfance, de sa famille, de l’identité problématique héritée de parents qui ne savaient rien transmettre. Et des chemins détournés qui ont conduit jusqu’à une carrière d’écrivain l’enfant qui ne lisait jamais.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

     

     

    Mes livres du mois de janvierLe Goût de l’hiver / Le Goût de l’écriture (Le Mercure de France)

    Deux recueils de textes où des auteurs célèbres disent les plaisirs du coin du feu et ceux que l’on éprouve à y prendre la plume.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de janvierLes Maisons vides, Laurine Thizy (L’Olivier)

    L’adolescence de Gabrielle, emportée par la passion de vivre et par la foi. Un premier roman qui nous emporte aussi.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

     

    Mes livres du mois de janvierDéveloppement du sensible, Christophe Fiat (Seuil)

    Besançon, début des années 1970 : le futur poète grandit, découvre la sexualité, la philosophie, l’écriture… Faussement (?) naïf, radical et rythmé.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique