• photo Pierre Ahnne

     

     

    Mes livres du mois de novembreAlice et les autres, Vinciane Moeschler (Mercure de France)

    L’auteure met en scène « le trouble dissociatif de l’identité », dans un roman habilement déstructuré mais qui n’échappe ni aux trivialités ni aux clichés.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois de novembreAragon polémiste, Revue des Sciences humaines, n° 343 (Presses universitaires du Septentrion)

    Objet de polémiques, expert lui-même dans « l’escrime d’écrire », celui qui signa parfois « François La Colère » ne négligea aucune occasion de croiser le fer, dans quelque genre littéraire que ce soit. Et, avant tout, avec lui-même.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de novembreAvant de s’en aller, Saul Bellow, une conversation avec Norman Manea, traduit de l’anglais et du roumain par Marie-France Courriol et Florica Courriol (La Baconnière)

    Dans cet entretien avec l’écrivain roumain Norman Manea, le Prix Nobel 1976 évoquait sa famille venue de Russie, son enfance, sa carrière, ses multiples rencontres, son rapport au judaïsme… Et il parlait de littérature.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de novembreLe roi reçoit, Eduardo Mendoza, traduit de l’espagnol par Delphine Valentin (Seuil)

    Dans un faux roman picaresque, l’écrivain espagnol conte brillamment une jeunesse et une époque placées sous le signe de la déception.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de novembreLe Dévoué, Viet Thanh Nguyen, traduit de l’anglais par Clément Baude (Belfond)

    Le héros du Sympathisant est de retour. Cette fois, c’est à Paris qu’entre coups de pistolet, trafic de drogue et autres aventures drolatiques il traîne son malheur d’agent définitivement double.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de novembreL’Origine du mal, José Carlos Somoza, traduit de l’espagnol par Marianne Million (Actes Sud)

    Dans ce roman plein de chausse-trappes et de mises en abyme, le plus passionnant est peut-être le moins brillant : la vie morne d’un espion franquiste dans un Maroc qui tient du Désert des Tartares.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de novembreLes Papillons de Nabokov, le boomerang de Gracq, Thierry Le Rolland (Arléa)

    Les grands écrivains consacraient parfois autant de temps à leurs manies qu’à leurs œuvres. Collections, machines, idées fixes… un recueil d’anecdotes qui en dit long, mine de rien, sur la littérature.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois de novembreConte d’un nigoun, Elie Wiesel, traduit de l’anglais par Carine Chichereau (Seuil)

    Un récit inédit, illustré en fraîches couleurs, qui fait rayonner un message de foi dans la nuit du ghetto.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • photo Pierre Ahnne

     

     

    Mes livres du mois d’octobreUltramarins, Mariette Navarro (Quidam)

    Dans le huis-clos d’un cargo en plein Atlantique, une perturbation apparemment anodine fait tout vaciller. À commencer par la fiction elle-même.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois d’octobreAu temps des requins et des sauveurs, Kawai Strong Washburn, traduit de l’anglais par Charles Recoursé (Gallimard)

    Dans le Hawaï déglingué du vingt et unième siècle, histoire d’une famille et d’un don surnaturel. Que faire des dieux aujourd’hui ?, demande, à sa manière, ce roman puissant et chaotique.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois d’octobreQuatre heures, vingt-deux minutes et dix-huit secondes, Lionel Shriver, traduit de l’anglais par Catherine Gibert (Belfond)

    Remington, la soixantaine, décide de courir un triathlon… L’écrivaine américaine s’en prend au culte du sport, de l’effort, du dépassement de soi, de soi tout court. Désopilant et peu correct.

    Pour lire l’article, cliquez ici

     

    Mes livres du mois d’octobreSmotshè, biographie d’une rue juive de Varsovie, Benny Mer, traduit de l’hébreu par Gilles Rozier (L’Antilope)

    L’auteur israélien invente un genre nouveau, et édifie un bouleversant mémorial pour tout un monde disparu.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois d’octobreSouvenirs du rivage des morts, Michaël Prazan (Rivages)

    Un ancien membre de l’Armée rouge japonaise revient sur son passé de terroriste international. L’auteur, spécialiste de la question, ne va cependant pas au-delà du récit d’action — si palpitant soit-il.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

     

    Mes livres du mois d’octobreLe jour où mon grand-père a été un héros, Paulus Hochgatterer, traduit de l’allemand par Barbara Fontaine (Mercure de France)

    Un récit tout en ruptures, zones d’ombre et échos secrets, pour dire un monde en proie au chaos : l’Autriche rurale pendant les derniers mois du nazisme, avec ses fanatiques et ses héros discrets.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres du mois d’octobreMadame, Gisèle Berkman (Arléa)

    Dans un grand appartement, le tête-à-tête d’une bonne et de celle qui l’emploie. L’auteure de ce premier roman fait d’une situation souvent décrite un long délire raffiné, construit sur le gouffre de la mémoire.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • photo Pierre Ahnne

     

     

     

    Mes livres des mois d’août et septembreKlara et le soleil, Kazuo Ishiguro, traduit de l’anglais par Anne Rabinovitch (Gallimard)

    L’écrivain britannique confie la narration à une « Amie Artificielle ». Et tire de ce procédé tout simple des effets subtils, et des perspectives vertigineuses sur l’humanité des hommes.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres des mois d’août et septembreLes Garçons de la cité-jardin, Dan Nisand (Les Avrils)

    Ce primo-romancier raconte simultanément l’histoire d’une fratrie, d’un quartier bien particulier, d’une région singulière. Et pose la question de la liberté et du destin.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

    (Voir aussi l’entretien qu’il a accordé à ce blog.)

     

    Mes livres des mois d’août et septembreLe Garçon de mon père, Emmanuelle Lambert (Stock)

    La narratrice (l’auteure ?) raconte les derniers jours de son père. Travail de la mémoire et travail de la mort progressent de conserve dans ce beau récit éclaté.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres des mois d’août et septembreOkoalu, Véronique Sales (Vendémiaire)

    Des enfants survivent sur une île après un accident d’avion. L’historienne et romancière fait mine de s’inscrire dans une tradition littéraire. Et ouvre, par la seule grâce du style, une belle et profonde réflexion sur le rapport au réel et au temps.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres des mois d’août et septembrePaul Klee jusqu’au fond de l’avenir, Stéphane Lambert (Arléa)

    Parlant de l’expérience vécue en contemplant les tableaux du grand peintre suisse, l’auteur de Visions de Goya approfondit encore sa méditation sur la peinture comme « lieu de passage » livrant accès au fond obscur de l’être.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres des mois d’août et septembreLe Chat, le Général et la Corneille, Nino Haratischwili, traduit de l’allemand par Rose Labourie (Belfond)

    Par le biais de personnages multiples pris dans une intrigue étourdissante, la jeune écrivaine géorgienne brosse, avec des accents dignes d’Hugo, le tableau tragique de l’URSS finissante et de ses suites.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres des mois d’août et septembreFresque et mosaïque, Xavier Bazot (L’Atelier contemporain)

    Fidèle à son exigence (« rassembler les membres d’Osiris »), Xavier Bazot construit et déconstruit le récit autobiographique et le portrait d’un écrivain en père de famille.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

     

    Mes livres des mois d’août et septembreMonsieur N., Najwa M. Barakat, traduit de l’arabe par Philippe Vigreux (Sindbad/Actes Sud)

    Monsieur N. raconte, à sa manière chaotique, entre Beckett et Lautréamont, sa vie déglinguée. Mais, à Beyrouth, « comment rester d’aplomb » ?

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Mes livres des mois d’août et septembreLe Dernier Tribun, Gilles Martin-Chauffier (Grasset)

    Des ultimes soubresauts de la République romaine, l’auteur fait un passionnant thriller politique. Et il taille au passage, à Cicéron, une toge pour l’hiver.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  • photo Pierre Ahnne

     

     

     

    Mes livres du mois de juinUn instant dans la vie de Léonard de Vinci et autres histoires, Marianne Jaeglé (L’Arpenteur)

    Vingt et un instants dans la vie de vingt et un grands artistes : instants vraiment ou faussement décisifs, instants-miroirs, instants-écrans… Et cette interrogation sous-jacente : l’instant existe-t-il ?

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois de juinLa Rivière, Peter Heller, traduit de l’anglais par Céline Leroy (Actes Sud)

    Deux amis descendent une rivière en canoë, quelque part dans le nord du Canada. Étendues splendides, nature impitoyable, violence des hommes… La grande tradition de l’aventure américaine.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois de juinLes Ingratitudes de l’amour, Barbara Pym, traduit de l’anglais par Anouk Neuhoff (Belfond [vintage])

    La grande écrivaine britannique peint un univers désopilant et dérisoire, plein de détails concrets et de rêves de mariage. Et met ici brillamment en abyme sa propre pratique de la littérature.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois de juinTrio, William Boyd, traduit de l’anglais par Isabelle Perrin (Seuil)

    Brighton, l’été 1968, on tourne un film. Et bien plus de trois personnages se croisent et virevoltent, dans une intrigue étourdissante, éloge et illustration de l’art du roman.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

     

    Mes livres du mois de juinPatagonie dernier refuge, Christian Garcin et Éric Faye (Stock)

    Les deux écrivains voyageurs continuent à explorer les extrémités du monde. À leur manière : érudite, rêveuse, accueillante aux mille récits qui naissent dans les coins perdus.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois de juinEnneigement, Peter Terrin, traduit du néerlandais (Belgique) par Guy Rooryck (Actes Sud)

    Un veuf seul avec son jeune fils glisse dans la paranoïa. Huis-clos étouffant, critique indirecte du monde urbain moderne …et portrait ironique de l’écrivain ?

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois de juinLes Délices de Turquie, Jan Wolkers, traduit du néerlandais (Pays-Bas) par Lode Roelandt (Belfond [vintage])

    Le roman de l’écrivain néerlandais, publié en 1969, apparaît aujourd’hui comme bien de son époque. Par-delà l’obsession de la gaillardise et du corps en toutes ses fonctions, cette autofiction avant l’heure finit pourtant par céder au tragique.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    photo Pierre Ahnne

     

     

     Les livres dont j'ai parlé au cours du mois écoulé...

     

     

    Mes livres du mois de maiCombats et métamorphoses d’une femme, Édouard Louis (Seuil)

    L’auteur de Qui a tué mon père construit une « demeure » pour sa mère — et continue le combat acharné qu’il mène contre la littérature.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois de maiPlaidoyer pour les chiens, bâtards, fils de chiennes, Philippe Videlier (Gallimard)

    Dans ce brillant pamphlet, on s’interroge sur la détestation que les sultans d’hier et d’aujourd’hui s’obstinent à vouer aux chiens… et aux caricaturistes.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois de maiHamnet, Maggie O’Farrell, traduit de l’anglais par Sarah Tardy (Belfond)

    L’écrivaine irlandaise imagine la vie d’Agnes, femme de Shakespeare, et des deux jumeaux qu’elle lui donna, Judith et Hamnet. Ça fait un grand roman.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois de maiDibbouks, Irène Kaufer (L’Antilope)

    Dans la mythologie judaïque, les âmes des « mal morts » reviennent hanter les vivants. La narratrice de ce roman se croit la proie d’une sœur disparue pendant la Shoah. Tragique… et drôle.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois de maiLes Enfants de Dieu, Lars Petter Sven, traduit du norvégien par Philippe Fourreau (Actes Sud)

    En Judée, au temps des Romains, le monde est livré à la confusion et les démons rôdent. Jésus et Satan tentent chacun d’imposer leurs histoires. Ces histoires mêlées composent un étrange, sombre et lumineux roman.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    Mes livres du mois de maiPlier bagage, Daniel Saldaña París, traduit de l’espagnol par François Gaudry (Métailié)

    Le jeune écrivain mexicain raconte la vie d’un enfant de son pays. Une vie dominée par la passion du pli. Subtil et désopilant.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

     

    Mes livres du mois de maiLe Parc à chiens, Sofi Oksanen, traduit du finnois par Sébastien Cagnoli (Stock)

    Être donneuse d’ovocytes dans l’Ukraine post-soviétique, qui ressemble, à en croire l’écrivaine finlandaise, à un conte de Grimm — plutôt horrifique.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

     

    www.chartres.frMonsieur Picassiette, Edgardo Franzosini, traduit de l’italien par Philippe Di Meo (La Baconnière)

    Monsieur Picassiette, c’est Raymond Isidore, qui couvrit sa maison de Chartres de décors composée à partir de fragments de vaisselle. Edgardo Franzosini raconte la vie de cette figure de l’art brut — à sa manière, poétique et fantaisiste.

    Pour lire l’article, cliquez ici.

     

    P. A.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique