• James et Nora — Portrait de Joyce en couple, Edna O’Brien, traduit de l’anglais par Aude de Saint-Loup et Pierre-Emmanuel Dauzat (Sabine Wespieser)

    information.tv5monde.comPeut-on être un écrivain, surtout irlandais, et ne pas se sentir concerné par Joyce ?... L’écrivaine irlandaise Edna O’Brien n’est pas seulement l’auteure des Filles de la campagne (Fayard, 1988), de Girl (Sabine Wespieser, 2013) et de nombreux autres romans. Elle a aussi publié un James Joyce (Fides, 2001). Et, dans un court livre paru en 2020, traduit en 2021, elle tente, en quelques dizaines de pages, quelque chose qui n’est ni un roman ni une biographie mais, disons, une promenade (évidemment) littéraire à travers l’histoire du couple Joyce-Nora Barnacle.

     

    Génitoires et transsubstantiel

     

    Hommage à celui dont la lecture, il y a longtemps, l’a introduite, dit-elle, à l’écriture : le pastichant amoureusement dans un texte tissé aussi de citations empruntées à Ulysse, à Finnegans Wake et à sa correspondance, elle évoque plutôt qu’elle ne la raconte l’histoire du couple qu’il formait avec Nora. La rencontre (« Joyce était dublinois, Nora de Galway. Elle devait apporter ses ritournelles, ses contes, ses sortilèges, les échos de son ascendance, l’autre moitié de l’Irlande — terre, tristesse, orties gris-lune et murmures de pluie ») ; le départ pour Zurich, Rome, Trieste, Zurich à nouveau ; les enfants ; la pauvreté, extrême (« Nora l’attendait d’abord au café, puis au cinéma quand il rentrait tard la nuit avec l’argent des leçons, qu’il venait de recevoir. Ils dînaient, puis se mettaient à chercher une chambre dont le tarif fût à la portée de leurs pitoyables moyens ») ; plus tard, les tentations extra-conjugales, et la passion charnelle qui décline tandis que Lucia, sa fille, remplace Nora dans le cœur de Joyce.

     

    De cette passion charnelle, on sait qu’elle fut intense, surtout peut-être dans les nombreuses lettres qu’il lui envoya — « Les molécules du corps dans leur va-et-vient, alors que l’artiste en l’homme tisse et détisse l’image de la femme, et que l’homme en l’artiste profane et considère les taches de ses dessous. Mêlant toujours génitoires et transsubstantiel ». « Les écrivains sont un fléau pour ceux avec qui ils cohabitent. Ils sont présents et, en même temps, absents », note Edna O’Brien dans ce texte où s’articule aussi une belle réflexion sur les rapports entre chair et écriture.

     

    « Une langue maternelle à elle-même inconnue… »

     

    La réflexion se poursuit sur un autre plan dans la postface signée d’un des deux traducteurs, Pierre-Emmanuel Dauzat, et intitulée Le yiddish de Joyce. Pourquoi le yiddish ? Parce que l’auteur d’Ulysse et, surtout, de Finnegans Wake pratique une langue, « comme le yiddish », « formée de toutes les langues ». À partir de nombreux exemples, minutieusement disséqués, Dauzat démontre le caractère, si l’on peut dire, polyglotte de l’écriture joycienne, toujours au croisement de plusieurs idiomes, l’anglais, certes, mais aussi l’irlandais, le latin d’église, etc. — en tout, au moins dix-sept langues, employées de façon quasi simultanée.

     

    « La langue ignore en partie ce qu’elle profère pour dire autre chose tout en sachant de nous des choses que nous ignorons d’elle », commente Pierre-Emmanuel Dauzat. Et de souligner l’étrangeté de cette « langue maternelle devenue à elle-même inconnue, unheimlich ». Mais ce dont l’œuvre du grand écrivain irlandais constitue l’exemple extrême et pour ainsi dire quintessencié, n’est-ce pas vrai, à des degrés divers, de toute écriture authentiquement littéraire ? Comme est peu ou prou vrai de toute lecture ce que notre auteur dit de la lecture de Joyce, pour laquelle le lecteur « prend le relais » du traducteur, puisque « chaque phrase, quelle qu’en soit la langue, somme le lecteur de traduire ».

     

    Une rêverie poétique, le portrait d’un couple d’exception, une méditation double dont les prolongements multiples ouvrent sur l’écriture, la lecture, le langage lui-même… Tout cela dans un clair, mince et dense volume.

     

    P. A.


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    5
    Jodry Richez Claire
    Jeudi 29 Avril à 18:02
    Cette recension me renvoie à la visite à Trieste du tout minuscule musée consacré à James Joyce et à Italo Svevo, dans lequel des textes et des photos réflètent bien la pauvreté de Joyce et Nora lorsqu ils vivaient à Trieste, ville riche à l époque et toujours riche mais pour d autres raisons. J en ai été émue. Toujours à Trieste, dans le Jardin des Muets, lieu dont je ne connais pas d équivalent, le buste de Joyce côtoie ceux d Italo Svevo, Umberto Saba, Giani Stuparich (lire L île, tout petit livre...). Merci pour cette recension. Bien qu aux prises avec une inflation de livres et une bibliothèque à classer, trier, vider..., je vais acheter ce livre !
      • Vendredi 30 Avril à 08:14

        ... et en plus il est court, très appréciable en cette époque qui a la manie du pavé !

    4
    eulalie
    Mercredi 28 Avril à 17:56

    Très bonne chronique. Félicitations ! Je vous félicite aussi de nous renvoyer vers d'autres "blogs" dont l'or des livres - belle solidarité, trop rare - où nous venons de lire une très belle chronique de Comme si de rien n'était d'Alina Nelega aux Editions des Femmes. 

      • Jeudi 29 Avril à 08:32

        Merci à vous pour vos encouragements !

    3
    Arnstam Isabelle
    Mardi 27 Avril à 20:06

    A Edna O'Brien : pas seulement les écrivains, les artistes en général ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :