• Paroles d'écrivains

    actu.fr

     

     

    « Des villes, et encore des villes ;

    J’ai des souvenirs de villes comme on a des souvenirs d’amours :

    À quoi bon en parler ? Il m’arrive parfois,

    La nuit, de rêver que je suis là, ou bien là,

    Et au matin je m’éveille avec un désir de voyage.

     

    Mon Dieu, faut-il mourir !

    Il faudra suivre à travers la maladie et dans la mort

    Ce corps que l’on n’avait connu que dans le péché et dans la joie ;

    Ô vitrines des magasins des grandes voies des capitales,

    Un jour vous ne refléterez plus le visage de ce passant.

    Tant de courses dans les paquebots, dans les trains de luxe

    Aboutiront donc un jour au trou du tombeau ? »

     

    Valery Larbaud, Europe


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    2
    Fabienne
    Mercredi 6 Mai à 18:06
    Fabienne

    Quelle force dans ce désespoir si simple devant la mort : "Ô vitrines des magasins des grandes voies des capitales, Un jour vous ne refléterez plus le visage de ce passant." Merci, Pierre, de nous faire découvrir d'aussi beaux et sobres vers.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :