• Rechercher





    Page 1 sur 26 résultats pour la recherche "éric faye" :
  • Éric Faye est l’auteur de nombreux livres : recueils de nouvelles ( Je suis le gardien du phare , José Corti 1997), romans ( Croisière en mer des pluies , Stock 1999), récits de voyage ( En descendant les fleuves , avec Christian Garcin, Stock 2011)… Il a aussi publié des essais,...

    Lire la suite...

  • Le livre d’Éric Faye commence un peu comme une aventure de Tintin. Cet auteur raffiné, discret et plein d’humour ne renierait sûrement pas une telle parenté… Expéditions nocturnes dans de mystérieuses villas, gens kidnappés et jetés dans des sacs en toile de jute, trimballés en cargo...

    Lire la suite...

  • ...dédoublement, dans une ville où les fantômes encore proches d’un régime rationaliste jusqu’au délire se mêlent à ceux de Kafka, du Golem, de la « dame blanche » ou du « cavalier sans tête » ? Prague, qu’Éric Faye connaît bien, livre dans son roman toutes ses ressources....

    Lire la suite...

  • ...subtil et passionnant écrivain voyageur (voir, par exemple, Dans les pas d'Alexandra David-Néel ), Éric Faye pratique aussi, et depuis longtemps, le fantastique. Quelquefois, comme dans Éclipses japonaises , les deux sources d’inspiration se mêlent. Mais c’est la seconde qui se déploie...

    Lire la suite...

  • ...Yunnan) (Stock, 2018, voir ici ), ils commencent à avoir de l’entraînement. Christian Garcin et Éric Faye, qui ont chacun une œuvre respectable à leur actif (1) , ont eu le temps de mettre au point un mode opératoire commun : carte en début de volume, photos la plupart du temps prises par...

    Lire la suite...

  • Ils récidivent… En 2011, déjà, chez Stock, Éric Faye et Christian Garcin avaient signé tous deux En descendant les fleuves (Carnets de l’Extrême-Orient russe) . Les voilà qui mettent aujourd’hui leurs pas dans ceux de l’exploratrice et orientaliste Alexandra David-Néel, pour...

    Lire la suite...

  • Dans Tristesse de la terre (Actes Sud, 2014), déjà sous-titré « récit », Éric Vuillard montrait en Buffalo Bill, le prétendu héros des guerres indiennes, un des inventeurs de la société du spectacle. C’était assigner à l’écriture une fonction doublement archéologique :...

    Lire la suite...

  • Éric Laurrent fait des phrases longues. Et pourquoi pas, puisqu’elles retombent impeccablement, par-delà incises, détours et parenthèses, sur leurs points finaux. Bien sûr de temps à autre il se néglige un peu, émet des chapelets de  que  et de  qui , laisse passer « un fait dont il...

    Lire la suite...

  • ...vestes à franges.   Malgré les apparences et le sous-titre, Buffalo Bill n'est cependant pas le héros du livre d'Éric Vuillard, même s'il en est incontestablement le personnage principal. Un personnage vieillissant, un peu ridicule, auquel le spectacle de cirque qu'il a créé assure une...

    Lire la suite...

  • Voilà un livre qui aurait pu beaucoup m’énerver : plus de quatre cents pages, longs remerciements à la fin, « playlist » au début, où s’égrènent les noms de personnes totalement inconnues de moi mais dont la seule mention est visiblement censée susciter les cris d’approbation de...

    Lire la suite...