• Adieu, Daniel Cordier

    http-_www.culturecommunication.gouv.frÀ cent ans, celui qui fut le secrétaire de Jean Moulin vient de nous quitter. Laissant derrière lui, entre autres ouvrages, le curieux et séduisant récit d’un amour d’adolescence. Lors de sa parution dans la collection Folio, en 2016, j’avais consacré un article à ces Feux de Saint-Elme, petit livre sur le désir et la mémoire écrit dans une langue qu’on n’entend plus que rarement...

     

    Pour lire mon article d’alors, cliquez ICI.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Laure Cotrait
    Vendredi 27 Novembre à 10:36

    Tout d'abord une vraie gratitude pour vos articles de blog qui réconfortent dans le marasme du confinement ! Celui-ci ajoute un lien inattendu qui me ramène au souvenir d'amusements chez la grand-mère d'amis. Le dimanche rue de Lille dans l'intérieur chaud et doré, nous répétions la pièce facétieuse Caracalla, entre adolescents sous l'impulsion de Patrice Chéreau ; nous étions du même âge, douze treize ans, 1957 ou 1958. J'ignorais l'alias du résistant Daniel Cordier, dont je n'ai entendu parler qu'un demi-siècle après. Et ici, Feux pas encore lu. Merci

      • Vendredi 27 Novembre à 11:36

        Heureux d'avoir de vos nouvelles et merci pour votre fidélité.

        "Les Feux de Saint-Elme" sont moins connus que les mémoires du résistant, mais valent la peine d'être approchés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :